Avec un homme plus jeune

Je suis célibataire et professeur dans un lycée. Pour plus de précisions, j’exerce mon activité avec les classes de terminale, mes élèves ont entre 18 et 20 ans pour les plus en retard. C’est un lycée d’enseignement professionnel, donc la majorité de mes élèves sont des garçons. Dans un certain sens, cela est plutôt agréable d’enseigner à des jeunes hommes car je ne ressens aucune animosité puisqu’il n’y a pas de filles présentes.

Comme tout professeur, j’aime satisfaire les élèves, que ce soit dans l’enseignement, comme dans mes attitudes. Je m’habille souvent de façon très lascive, jupe, collants et petits escarpins. Mon décolleté n’est cependant pas très plongeant mais je trouve pourtant très drôle de contempler leur tête lorsque je m’assois sur le bureau, une jambe sur ce dernier et l’autre pendante dans le vide, ce qui leur permet d’avoir une pleine vue sur le haut de mes cuisses. J’avoue être un peu exhibitionniste… Il m’arrive parfois de me pencher, sur un de mes élèves pour lui expliquer la correction d’un exercice, je ressens alors son regard se diriger vers le sillon qui sépare mes seins…

J’accentue mes mouvements, lorsque je me penche pour ramasser mon éponge tombée par terre par mégarde. Il me plaît de regarder leurs yeux grands ouverts, leurs pieds qui trépignent, leur impatience à découvrir un peu plus de moi. Je dois avouer que cela m’excite, et, que parfois, je me prends à rêver qu’un matin lorsque j’arrive dans ma classe pour y expliquer mon cours de physique (toujours habillée de façon très sensuelle), je repère un de mes élèves qui se lève de sa chaise en bois et qui se dirige vers la porte pour la bloquer avec son siège.

Pendant ce temps, un de ses copains glisse le rideau de la pièce de telle sorte que nous sommes, mes 30 élèves et moi-même dans l’obscurité complète. Soudain, la totalité de la classe se lève et se dirige vers moi, les plus costauds m’attrapent et me jettent sur le bureau, tandis que tous les autres commencent à se déshabiller. Au bout d’un moment, ils sont tous autour de moi, et moi, je suis toujours en position allongée, le dos contre mon bureau, je ne bouge pas! Je sais ce qu’ils veulent… Certainement ce que je désire également au plus profond de moi-même.

Alors, quand le premier s’approche pour me dégrafer mon soutien-gorge et glisser ses mains sur mes seins, mes tétons se raidissent… Cela le remplit d’exultation. Un autre grimpe sur le bureau puis glisse son pénis dans ma bouche. Il commence de longs mouvements de va-et-vient. Un autre acolyte dégage ma culotte sur le côté puis introduit sa langue dans mon endroit le plus intime si bien que je rougis. Je suis presque aussi rouge que ces jeunes insolents, mes empressés partenaires de jeux fripons.

D’autres empoignent mes mains et les déposent sur leur sexe respectif, immédiatement, je leur offre une belle masturbation de la professeur. C’est à ce moment que le plus grand introduit son sexe dans ma chatte. Je deviens totalement folle de plaisir. Aucun homme, jusqu’alors, n’avait pu me donner autant de satisfaction. Je suis en pleine extase de voir enfin tous ces jeunes gens s’occuper de moi avec autant de gentillesse et de délicatesse, accompagné d’une précision du gestes impressionnante. Je vis pleinement ce moment d’euphorie…

Je n’ai aucune crainte, la seule serait peut-être de voir Monsieur le Proviseur entrer dans la classe. Ma crainte devait s’avérer exacte. Au bout d’un moment, le directeur du lycée arrive dans la pièce, il a un mouvement de recul, je crains que cela soit la fin de ma carrière… Mais quelle n’est pas ma surprise de voir mon supérieur baisser son pantalon et se joindre à la joyeuse bande de jeunes freluquets. Il dégage d’un geste violent les jeunes élèves, puis me retourne en une seule fois et s’introduit par derrière, pendant que tous mes élèves me prennent tour à tour attendant les uns derrière les autres la queue bien en l’air.

Au bout d’un moment, je ressens une décharge électrique dans mon corps, l’instant de vérité est arrivé pour les trois quarts de mes élèves, mais aussi pour le proviseur. Je vais enfin pouvoir souffler… Mais, le dernier quart de la classe me saute dessus et revoilà la machine repartie de plus belle pendant plusieurs heures… Enfin, quand tout est fini, le plus jeune élève ouvre les rideaux puis l’ensemble de la petite troupe se rhabille. Je peux enfin remettre ma culotte et reboutonner mon corsage.

Le proviseur quitte la salle de cours sans rien solliciter, moi, je reprends mon cours comme si de rien n’était. À la fin de l’heure, mes élèves quittent ma classe. Je dois certainement vous avouer que j’ai fort apprécié ces moments aussi sauvages qu’intenses, associés à ces caresses délicates. Certaines personnes citent que « les jours passent et ne se ressemblent pas », j’espère donc que ce dicton est faux et que l’on pourra, en tout état de choses, renouveler cette expérience… Je vous certifie que cela ne changera en rien les appréciations que je fournirai au prochain conseil de classe, car j’enseigne la physique et non l’anatomie appliquée…

Assia, 32 ans, Professeur de Physique Chimie, Célibataire

♥ TOP webcam françaises ♥