Fantasmes des femmes

On dit que les femmes ne sont pas excitées par des stimuli visuels, mais je pense que cela est faux, c’est un domaine inexploré où la femme reste silencieuse, voire honteuse, « la pornographie absolue m’excite, si je vois une photo, par exemple, d’un homme noir et d’une blanche, je suis presque immédiatement prête pour le sexe ». Cette citation pose l’importante question de savoir quand la femme a répondu avec franchise au sexologue sur le sujet délicat de ses fantasmes. Les statistiques sont tellement faussées par les inhibitions et le caractère réservé de la femme…

Un imminent sexologue trouvait que 2 ou 3 % des femmes étudiées étaient psychologiquement stimulées par une plus grande diversité de facteurs, et ce, de façon plus intense que les hommes. Ces femmes pouvaient véritablement atteindre l’orgasme seulement par divers fantasmes et sans stimulation physique. Une journaliste et romancière américaine inséra une annonce dans les journaux  anglo-saxons, demandant des volontaires pour une étude sur les fantasmes sexuels de la femme. Elle eut une série impressionnante de réponses et elle interrogea plus de 402 personnes afin de publier un livre. Ce dernier nous a ouvert les yeux sur certains des fantasmes féminins secrets, tous aussi élaborés et éloignés de ceux que l’on pourrait penser.

Cette auteure identifie donc un certain nombre de thèmes principaux qui reviennent dans les fantasmes sexuels de la femme. Elle nous en donne pour chacun quelques exemples : l’anonymat, le public, le viol, etc. Pour d’autres femmes : le frisson de l’interdit… Voici donc quelques exemples des fantasmes de femme tels qu’ils furent rapportés. Ce livre illustre aussi certains autres thèmes principaux : la souffrance, le masochisme, la transformation « s’imaginer être une femme différente », les contacts avec les animaux, les hommes de couleur, les hommes jeunes, ainsi que la prostitution.

L’étude montre avec certitude que certaines femmes entretiennent vivement des fantasmes que l’on pourrait qualifier de pervers… Cependant, comme ces données ont été obtenues sur une base de petites annonces et non sur une étude statistique, nous ne savons toujours pas si de tels fantasmes sont courants chez plus de 2 ou 3 % de la population féminine.

Les déviations sexuelles sont des phénomènes prédominants chez l’homme, c’est particulièrement vrai pour les déviations décrites telles que : sadisme, fétichisme, travestissement. Il est, dans l’ensemble, exact de dire qu’une bien plus grande proportion d’hommes que de femmes, ont des goûts spéciaux ou dépendent de circonstances particulières pour arriver à l’orgasme. Mais, il y a un tel nombre de femmes qui accomplissent certaines pratiques sexuelles dites anormales, qu’il faudrait les mentionner lors  d’une discussion  spécifiquement adaptée à la sexualité féminine.

Manifestement, quand un homme a des goûts spéciaux, il s’adresse bien souvent à une prostituée pour les assouvir ce qui ouvre ici une autre discussion. Les femmes dites « normales » considèrent les prostituées comme sexuellement anormales. Cependant, il existe une règle de fidélité reconnue entre les prostituées et leurs partenaires, selon laquelle aucun service rendu à un client ne constitue une infidélité tant que la femme n’a pas d’orgasme.

De tels services professionnels existent pour les sadomasochistes, car très peu de femmes ont ces goûts complémentaires pour former un couple. Néanmoins, certaines sont, sans  s’en douter, véritablement masochistes, en ce sens, qu’elles ont besoin de châtiments pour atteindre l’orgasme. Par exemple, une femme écrit à un conseiller sexuel :  « Quand je me suis mariée, mon mari a rapidement découvert le moyen de me satisfaire, il m’administre une fessée à intervalles réguliers et j’ai alors de violents orgasmes. » La correspondance attribuait cette anomalie, ou correction, fréquente à son père qui lui donnait la fessée pendant son enfance. Le conseiller sexuel remarque, qu’une fois ce sujet rendu public, un nombre étonnant de femmes lui écrive pour avouer qu’elles ont des expériences et des goûts similaires.

D’autre part, les hommes et les femmes ont de même manière un trait d’exhibitionnisme dans leur caractère sexuel, il est donc difficile de déterminer le point précis où l’exhibitionnisme devient anormal. Beaucoup de femmes s’habillent de façon délibérément calculée pour exciter sexuellement leurs proies. Elles aiment manifestement étaler leur sexualité. Il n’y a pas chez la femme d’équivalent à l’exhibitionnisme masculin qui montre ses organes génitaux à des étrangers, tout ceci, peut venir du fait que toute femme dotée de telles tendances pourrait les exprimer dans des endroits privés où l’exhibitionnisme se rapproche du strip-tease.

Une actrice raconte comment elle obtint un rôle dans une pièce qu’il l’obligeait à se montrer presque nue sur scène et à simuler de façon très réaliste, un rapport sexuel : « La première fois, j’étais très nerveuse, mais après quelques représentations, j’attendais avec impatience de jouer cette scène, effectivement, mes mamelons se durcissaient et se dressaient, je commençais à porter des blouses de plus en plus moulantes et fines, de plus en plus transparentes de manière à montrer à mon public l’excitation que je ressentais lors de ma prestation. » Le point intéressant dans cette histoire est que l’actrice ne croyait pas être une exhibitionniste avant de recevoir ce rôle. On peut se demander quelle proportion de femmes découvrirait les mêmes sentiments, une fois leur inhibition surmontée.

Une des révélations les plus surprenantes et pour beaucoup, des plus choquantes lors des études effectuées, est la suivante : beaucoup de personnes ont des contacts sexuels avec des animaux. Ce cas n’est pas si exceptionnel que cela! Effectivement, il y aurait 5,4% des hommes et 3,6 % des femmes qui auraient eu des contacts sexuels avec des animaux. Parmi les femmes, les 3/4 des contacts seraient avec des chiens domestiques, généralement sous forme de manipulation de leurs organes génitaux, 21 % auraient amené le chien à lécher leurs organes génitaux et une proportion considérable de celles-ci auraient atteint l’orgasme. Dans de rares cas, des femmes auraient eu un coït avec l’animal… On dit que le coït entre une femme et un singe est une distraction des quartiers les plus louches des villes d’Afrique. Cependant, aucune statistique valable ne traite de la zoophilie en privé, probablement parce que beaucoup de pays la considèrent comme un délit.

♥ TOP webcam françaises ♥