La femme exhibitionniste

Certains pourraient me qualifier de perverse ou d’obsédée sexuelle. Moi, je pense qu’aucun de ces qualificatifs ne me conviennent, je suis simplement une exhibitionniste… Quoi de plus normal que d’assouvir ses tendances narcissiques? Notre corps à nous les femmes n’a-t-il jamais été admiré par des hommes? Je vis l’exhibition de ma personne comme un fantasme.

Après avoir quitté mon travail (je suis secrétaire de direction), je rentre chez moi. Je me délasse un peu dans ma salle d’eau en y prenant un bain relaxant. J’évacue ma fastidieuse journée de travail. Après quelques instants passés, je sors de l’eau et m’installe devant mon miroir. Je remonte mes longs cheveux pour me faire un chignon et je commence mon maquillage : les yeux, les pommettes, les lèvres et l’ensemble du visage. Cela accompli, vient le moment de choisir les affaires adéquates à mon fantasme : tailleur rouge, jupe très courte de manière à laisser apparaître le haut de mes cuisses, guêpière blanche nouée sur le devant et très peu serrées au niveau de mes seins.

J’enfile mes bas noirs le long de mes jambes. Sans me vanter, elles sont superbes. J’ai la chance d’aimer mon corps et de vouloir le faire partager aux autres! J’attache mes bas coutures aux jarretelles de ma guêpière, j’enfile la veste de mon tailleur. Il ne reste plus qu’à choisir une paire d’escarpins à talons aiguilles pour représenter le fantasme masculin dans son intégralité . Enfin je sors de chez moi et me dirige vers ma voiture en ondulant des fesses…

Il y a déjà de multiples regards d’hommes qui se posent sur moi. Je ne suis pas déçue de voir que certaines femmes ont également un œil assez coquin lors de mon passage. J’ouvre la portière de mon véhicule, je rentre en premier mes fesses ce qui a pour effet de remonter ma jupe, découvrant ainsi le haut de mes bas. Je termine en prenant bien soin de faire basculer mes jambes l’une après l’autre vers l’intérieur du véhicule, découvrant ainsi une jolie vue pour mes spectateurs.

Après avoir excité l’ensemble de l’assemblée, je me cale bien le dos au fond du siège puis desserre un peu plus les liens de ma guêpière. Maintenant, je suis prête pour exciter les automobilistes. Il faut préciser que j’habite sur Paris. Je tourne, je roule. Dès que je m’arrête à un feu, je vois le regard des passants sur le trottoir ou des automobilistes dans leurs véhicules se diriger vers l’intérieur de ma voiture et fixer mes superbes cuisses.

Je sens les regards obscènes des chauffeurs de poids lourds du haut de leur cabine sur mes seins ou essayant de découvrir la couleur de ma petite culotte. Quelle erreur, car je n’en porte jamais! J’aime ressentir la fraîcheur du vent sur les poils de mon sexe. Après quelques moments passée au volant, je me dirige vers le Bois de Boulogne près de Bagatelle, où je joue toujours le même scénario…

J’attends qu’une voiture conduite par un homme se place derrière moi. Là, au moyen de mon rétroviseur interne, je le regarde fixement et je fais mine de me mettre du rouge à lèvres avec de petits mouvements de langue délicats sur mes lèvres. Après avoir allumé cet inconnu, je vais me garer dans une rue sur la droite à cinquante mètres. J’ouvre ma portière en grand et je sors une jambe très lentement de façon à bien faire remarquer aux passants ou au chauffeur qui m’a suivie que je porte des bas. Puis je passe l’autre jambe et je me dirige à pied vers la forêt en dandinant des fesses le plus sensuellement possible.

Au bout de quelques minutes, j’ai enfin atteint l’endroit voulu, une table de pique-nique. Je me couche dessus et place chaque pied sur le rebord des bancs. Mon sexe est bien en vue depuis le chemin. Je suis en quelque sorte en position gynécologique en pleine forêt. Je dégrafe un peu plus la cordelette de mon corset pour libérer ma poitrine. Je me caresse les seins puis les tétons. Je les pince, les étire et les fait tournoyer dans tous les sens. Mes doigts se dirigent vers ma chatte, je me permets de m’enfiler quelques doigts pendant que les autres fripons commencent à me masturber le clitoris… Mon autre main continue sa course effrénée sur mes seins. Je sais maintenant que je suis vue et remarquée par des hommes autour de moi (certainement ceux qui me suivaient ou ceux qui avaient remarqué mon petit manège sur le parking…). Je pense qu’il y en a au moins une dizaine, ils sont tous en émoi, très excités.

Une énorme chaleur dans le bas du ventre m’envahit. Des gémissements s’échappent de ma bouche, je crois bien que la jouissance s’est emparée de moi. Je ressens un liquide chaud et soyeux couler entre mes doigts, il est temps pour moi de me relever sous les applaudissements des hommes présents. Je prends mon temps pour réajuster l’ensemble de mes habits, puis je repars de la même manière que je suis venue, à la seule différence que la cyprine perle encore le long de mes cuisses atteignant même le haut de mes bas. Je suis dans un tel état d’excitation que le simple frottement de la ceinture de sécurité sur la pointe de mes seins me fait jouir de nouveau alors que je retourne à mon appartement. Je suis encore toute chaude de m’être exhibée et d’avoir joui. J’espère que les hommes présents ont pu prendre leur plaisir en admirant mon superbe corps…

Agnès, 40 ans, Mariée

♥ TOP webcam françaises ♥