La femme zoophile et le chien

Depuis le départ de mon mari pour son voyage d’affaires, je suis seule dans notre maison de campagne. Elle est relativement isolée. Je ne sais quoi faire de mon temps, les journées sont très longues dans ce type d’endroit retiré. Hormis peut-être, lorsque le soleil veut bien pointer le bout de son nez, on peut alors opter pour quelques séances de bronzette près de la piscine à débordements. Autrement, je ne fais que passer de longues heures devant la télévision ce qui m’exténue et me déprime encore plus. Les heures s’égrainent très, très lentement.

Arrive bien évidemment, au bout de la journée le soir comme partout dans le monde. Après avoir englouti le dîner, servi par notre domestique, je décide de nourrir notre chien Sultan. C’est un berger allemand de 60 kilos qui a été plusieurs fois champion d’Europe, il possède une belle ossature associée à une musculature saillante. Je prends ensuite un livre au hasard dans la bibliothèque. Son titre, je vous l’avoue, est quelque peu bizarre « Zoophilie ».

Cette pratique me dégoûte, rien que dans parler ou d’entendre la sonorité de ce mot me fait frémir d’effroi. Enfin, les premières pages sont très soft et ne traitent pas de ce sujet alors je décide de continuer. Mais au fur et à mesure de la lecture, les pages deviennent très explicites, je me permets ici de vous citer quelques passages, attendez, je réfléchis… Oui celui-ci « Une dame fait tomber sa boucle d’oreille par terre, cette dernière a glissé sous le canapé. La jeune femme se penche pour la ramasser, comme elle sort de son bain, elle est nue. D’un seul coup, son chien lui saute dessus et la pénètre violemment, elle ressent la verge de son animal s’introduire non pas dans son vagin, mais dans son anus. Malgré une forte réticence associée à un dégoût prononcé, elle se laisse faire jusqu’à ce que son chien émette le liquide séminal de sa verge dans ses entrailles… ».

Je dois dire que ce passage m’a relativement excitée, je vous donne un autre exemple « Une femme allongée sur son lit se masturbe jambes écartées. Elle est en pleine action s’introduisant tour à tour des doigts dans le vagin. Elle se caresse les seins avec élégance en prenant soin de se masser les tétons. Soudain, son basset grimpe sur le lit et se met à lui sentir les parties génitales. Il lui lèche ensuite abondamment l’entrée du vagin. Le passage râpeux de cette langue animalière sur son clitoris ainsi qu’à l’intérieur de son vagin puis de son anus la font totalement craquer. ».

Plus je lis ce livre et plus je ressens l’excitation m’envahir. Mes mamelons se durcissent rapidement, mon clitoris est en érection et frotte sur l’intérieur de ma culotte. Je sens la mouille me couler le long des lèvres puis sur l’entrée de mon rectum. Je suis inondée et ne tiens plus. Une envie frénétique de relation hors normes m’envahit. Je regarde alors mon chien couché à mes pieds, je l’appelle. Il s’approche de moi doucement comme s’il venait de se mettre en chasse. Il hume l’air ambiant et les effluves de mon excitation, il est aux aguets, prêt à agir.

Mon cœur se met à battre de plus en plus fort, mais que m’arrive-t-il? Dans l’état de chaleur qui est le mien, sans comprendre le pourquoi du comment, je m’accroupis près de lui. Je lui saisis le sexe pour y pratiquer des caresses raffinées comme jamais je n’en ai pratiquées à mon mari. Je prends le soin de faire de longs mouvements de va-et-vient de façon lente et je me penche sous lui pour introduire son sexe dans ma bouche. Curieusement, cela m’excite de plus en plus, je ne comprends pas pourquoi. Je franchis le pas de l’interdit. Je deviens folle à cause de cette solitude et de ce fichu livre. Je suis tellement dans un état second que je ne me contrôle plus, je continue…

Bien entendu, mon chien ne reste pas de bois. Pour le satisfaire, telle une chienne en chaleur, je dégage ma bouche de son sexe puis je me positionne en levrette comme une femelle recherchant le mâle. Je veux sentir ce chien dans ma chatte, qu’il introduise sa langue râpeuse de bête dans mon vagin, qu’il me titille par de longs mouvements mon anus, qu’il me mordille et me caresse le clitoris. Je mouille comme jamais et je n’ai jamais été dans cet état auparavant. Je ressens la chaleur de son haleine sur mes parties charnelles, ma vulve est à la limite de l’explosion tant l’excitation y est intense.

Voyant certainement que je suis prête pour la saillie, mon chien monte ses pattes avant sur mes hanches et s’introduit dans mon vagin. Il frappe de forts et violents coups dans mes reins, je n’ai jamais découvert une telle puissance ainsi qu’une telle vigueur chez un homme. Je peux pourtant vous assurer que j’ai eu un maximum d’amants. Cette étreinte me casse en deux. Ses griffes me déchirent le dos, la jouissance s’accroche à la douleur. Mais outre cet état de fait, c’est du bonheur que je ressens. Cette verge longue et ferme avec cette boule au milieu glisse dans mon vagin, au bout d’un moment je sens mon chien jouir.

Mais moi, je n’ai pas encore atteint l’orgasme alors, je me dégage de notre position, puis je le suce de nouveau pour lui redonner une excitation. Rapidement, la situation redevient tendue si je puis dire. Je me repositionne en levrette. Je crois que ce coup-ci, il a très bien compris! Il me prend de nouveau, je sens alors l’orgasme monter en moi. Celui-ci n’est pas que vaginal mais également clitoridien. Je suis dans un état de folie exacerbée. Je veux hurler et crier très fort ma jouissance associée à mon plaisir.

Mon chien me donne encore quelques coups violents de reins et se met à jouir de nouveau. Je peux ressentir une quantité de sperme impressionnante m’inonder. Je n’avais pas prévu une petite chose : lorsque les chiens s’accouplent, ils restent collés à la femelle quelques instants. Je dois vous avouer que je n’ai pu enlever l’étreinte qui me liait à mon partenaire animalier. J’ai eu beau me débattre, rien n’y a changé. Plus je bougeais, plus je ressentais une douleur vive dans mon vagin. J’ai compris qu’il fallait que j’attende dans cette position que mon compagnon puisse se dégager seul. Cela fut fait au bout de 20 minutes!

Le lendemain matin, mon mari est rentré de voyage. Nous avons pris le petit déjeuner ensemble, notre chien à côté de nous. Actuellement, je n’ai qu’une seule envie, c’est que mon époux reparte en voyage d’affaires afin de pouvoir pratiquer à nouveau avec mon amant animalier de sublimes parties de jouissance. De toute façon, à chaque fois que mon conjoint me pénètre, je pense désormais à Sultan…

Clémentine, 29 ans, Mariée

♥ TOP webcam françaises ♥