L’amour dans l’ascenseur

Nous sommes moi et ma collègue de travail, bloquées dans cet ascenseur et ce, depuis 11 heures du matin… Il est maintenant 14 heures, nous commençons à nous demander ce que peuvent faire les personnes à l’extérieur! Peut-être vont-elles nous laisser dans cet endroit toute la journée?

J’avoue que je ne comprends pas pourquoi, mais ma collègue m’incite à rester calme et me détendre. Elle me demande de façon très polie si elle peut me masser les épaules. Je suis tellement énervée que j’accepte volontiers, mais ce que je ne sais pas encore, c’est que à cet instant commence pour moi une longue ascension aux paradis du plaisir.

Tout d’abord, elle me masse les épaules avec un tel doigté que je me détends complètement. Ses mains descendent ensuite de façon coquine le long de mon buste vers la pointe de mes seins. Je souhaite résister, mais je suis tellement détendue que je ne peux refuser ces douces caresses relaxantes. J’ai l’impression qu’une force extérieure m’empêche de réagir. Bien que je ne sois pas attachée physiquement ou entravée, je ne peux bouger…

C’est comme un lien spirituel. Ses mains me malaxent et font tournoyer mes mamelons dans tous les sens. Elles continuent leur course effrénée en glissant vers le bas de mon abdomen, où elles y décrivent des cercles avec leurs ongles. Quelques doigts s’immiscent vers mon pubis et entraînent un frissonnement total de mon corps. J’ai l’impression de vibrer de partout, un doigt pénètre dans mon intimité la plus secrète pendant que d’autres écartent mes lèvres intimes.

Je suis à la limite de la possession mentale. Cette femme, ma collègue de travail, me donne un baiser d’une sensualité redoutable qui me semble durer plusieurs heures. Au niveau de mon anus, je ressens s’introduire un objet phallique doux et chaud. Il est ferme et épais comme je les aime. Je suis son doux mouvement de va-et-vient en tanguant au rythme de ses assauts.

Nous bougeons tant et si bien que l’ascenseur commence lui-même à frémir. L’orgasme nous envahit peu à peu, cela commence par les pieds, puis le ventre, les épaules, la tête. Quelle est cette femme qui sait aussi bien détendre une autre femme afin de l’amener aux plaisir charnels? Elle vient peut-être d’une autre planète. D’un seul coup, l’ascenseur s’est débloqué et nous sommes retournées à nos tâches respectives. Je prends toujours l’ascenseur au travail, mais il ne tombe jamais en panne.

Laurie, 26 ans, Infirmière

♥ TOP webcam françaises ♥