L’amour dans le train

J’ai toujours pensé que faire l’amour lors d’un trajet qui vous mène en vacances devait être plus érotique. Quoi de plus sensuel que le voyage? Je pense certainement cela car je ne suis jamais sortie de ma région, contrée fort belle au demeurant, mais manquant franchement d’exotisme. Je rêve, fréquemment que je fais un circuit me menant de Paris, ville chatoyante et pleine de surprises, à Florence, capitale de la peinture et de l’architecture…

Ce voyage, je le fais via le réseau de chemin de fer le plus renommé, le légendaire Orient-Express. Il s’agit d’un des trains les plus célèbres au monde grâce à Agatha Christie et son célèbre inspecteur Hercule Poirot. Tout cela me fait fantasmer alors que je ne suis même pas encore installée dans un wagon de ce célèbre voyageur des temps anciens et modernes. Je monte dans le train, pénètre dans ma cabine couchette pour y déposer mes bagages. Je fais le tour du propriétaire, tout est majestueux. Puis le train se met en branle, j’entends la célèbre musique des roues glissant sur les rails. Je me sens transporter vers un autre monde : irréel et voluptueux. La chaleur et la promiscuité donnent à cet endroit une ambiance particulièrement sensuelle.

Dès que ces wagons se déplacent, le temps n’existe plus… On est comme dans une bulle qui avance en surfant sur l’eau, hors du temps. L’endroit devient magique et tout se transforme en possible. Le moment le plus électrique est sans aucun doute lorsque la nuit commence à tomber. On perçoit rapidement l’ivresse du voyage associée à l’obscurité, la magie de la rencontre de l’inconnu que l’on peut séduire. La tête penchée par la fenêtre, je laisse le vent fouetter mes cheveux de délicates caresses. J’aspire à la vie.

Mais déjà il se fait tard et le service du soir a commencé. Je choisis une robe de crêpe noire avec un décolleté plongeant sur ma poitrine voluptueuse, je glisse mes pieds dans des escarpins de chevreau rouge et noir. Cet ensemble, je le porte à ravir. Il met en valeur ce qui doit l’être. Délicatement, je sors de ma cabine pour me diriger d’un pas nonchalant vers le wagon-bar. À chaque pas, mes hanches ondulent, chaque fesse glisse lentement sous le tissu sensuel de ma robe. *

J’aperçois le bar et m’y dirige. Je commande au barman : « un whisky soda, avec deux tranches de citron vert s’il vous plaît ». Malgré la climatisation et la nuit, on ressent la chaleur vous envahir le corps. Je m’assois sur un tabouret, croise les jambes de manière à découvrir une partie de ma cuisse gainée de voile couleur chair. Je déguste mon verre avec une sensualité hors norme. Je demande ensuite au steward une table pour le dîner. Il me fait signe de le suivre, je l’accompagne.

Je passe à côté d’une table où dîne un homme seul, fort joli garçon d’ailleurs, et comme le hasard fait bien les choses, le train change au même moment de rail, cela me déstabilise, je glisse puis tombe. Je me retrouve alors, rapidement et de façon fortuite dans les bras de ce bel inconnu. Mon visage rougit, mais l’homme, extrêmement galant, s’excuse puis me demande de partager sa table pour le dîner. J’accepte avec plaisir et fais signe au steward que je dînerai en compagnie de ce bellâtre. Cet homme, que le destin a mis sur mon chemin deviendra mon amant d’une nuit tout au moins je l’espère.

Il possède une forte personnalité, un visage fin et délicat, des yeux aussi bleus que le fond des océans ainsi qu’une gentillesse et une simplicité à toute épreuve. Le dîner se déroule dans une convivialité extrême. Une fois terminé, nous faisons quelques pas dans les couloirs de l’Orient Express. Il me demande si je peux lui faire l’honneur de prendre un dernier verre dans sa cabine.

En femme distinguée et pour la forme, je réfléchis mais accepte assez rapidement car j’espérais qu’il me demanderait ce genre de choses. Je dois dire qu’à cet instant précis, je sens l’excitation monter. Nous entrons dans sa cabine, on s’assied sur la banquette, il me propose une coupe de champagne. Nous rions et parlons de choses et d’autres. Nous nous rapprochons de plus en plus puis vient le moment où, délicatement et très sensuellement, nous nous embrassons. L’excitation faisant, le baiser devient plus sauvage, plus poussé.

Je sens sa main glisser sous ma robe, le crêpe noir remonte vers mon pubis, le bout de ses doigts caresse les poils de ce dernier, puis redescend vers le clitoris, dans un léger mouvement de tourniquet, il le fait vibrer. Deux autres petits doigts coquins s’introduisent dans ma vulve, titillent les parois internes de celle-ci, un autre doigt s’introduit dans mon anus. Le fait d’être prise ainsi, en pince de crabe m’excite au plus haut point. Sa langue quitte ma bouche pour se promener sur mes seins, elle saute et stimule mes tétons allant de l’un à l’autre.

Soudain et dans un gémissement d’extase, un flot m’inonde l’entre cuisses, sa main, vient de me faire découvrir la jouissance. Mon liquide coule sur sa paume. Il comprend alors que c’est le moment de me pénétrer. Il sort son sexe d’une longueur et d’une grosseur des plus agréables et le plante droit au but sans frémir. Je dois avouer que mon vagin l’engloutit sans resquiller, il n’a même pas besoin de bouger car le roulis du train en marche nous fait tanguer d’un côté à l’autre de la banquette. Cette délicieuse oscillation nous emmène vers la destination que l’on nomme le septième ciel.

Notre sexuel voyage dure quelques instants, une vingtaine de minutes peut-être, mais pour moi ce furent les moments les plus précieux de ma vie. Faire l’amour, en voyage est réellement quelque chose d’extraordinaire. L’ambiance y est certainement pour beaucoup, la façon de faire l’amour aussi. Les fantasmes sur ces endroits magiques et somptueux comme l’Orient Express sont des plus sensuels. Tout est réuni, pour que je puisse profiter pleinement de ces instants de volupté intense…

Nathalie, 49 ans, Mariée, Mère de 2 enfants

♥ TOP webcam françaises ♥