Le voyeur de culottes

Il est certain que j’ai un penchant pour les femmes et la lingerie fine. J’en achète régulièrement à mon épouse et j’aime savoir qu’elle en porte durant toute la journée. J’aime qu’elle la garde sur elle lorsque nous faisons l’amour, mais il manque la surprise j’ai participé à l’achat de la lingerie. Par contre, cela me rend tout chose de découvrir subrepticement la culotte d’une inconnue dans la rue. J’en tire même parfois orgasme considérablement intense. De façon simple, on peut dire que je suis un voyeur. J’ai mes habitudes dans mon vice.

Tous les matins, je conduis ma femme à son travail. Je la quitte pour la journée en lui disant au revoir et c’est à ce moment là que commence pour moi la chasse à la petite culotte. Je parcours à pied les artères commerçantes de ma ville. Je scrute l’horizon et j’épie les arrêts d’autobus. Je prends le risque de me faire remarquer avec mon attitude bizarre mais mon esprit est hanté par la vue prochaine d’une jolie petite culotte blanche ou noire.

Je suis pareillement excité par la vision d’une jambe gainée d’un bas, vision parfois accompagnée par la découverte d’un porte-jarretelles. Contempler hâtivement une entrecuisse me plonge dans des états seconds. Le but est parfois long à atteindre, mais la récompense est à la hauteur! Je connais les heures propices pour vivre cet instant magique. L’horaire correspond à mes heures de bureau…

Malgré cela, un vendredi matin, j’ai pu vivre un moment féerique de toute beauté. J’ai contemplé cette délicate lingerie fine qui cache le sexe féminin aux regards concupiscents des hommes. J’étais arrêté à un feu rouge et que mes yeux allaient de gauche à droite. De l’autre côté de la rue, j’avais remarqué une jeune dame assise à l’arrêt de bus. Je l’ai fixée et elle m’a rendu mon regard. J’ai ensuite regardé ses fort belles jambes, le galbe de ses cuisses et de ses mollets recouverts de bas noirs était parfait. Elle portait de jolis escarpins noirs. Comme dans un rêve, cette jeune femme a deviné mon désir et mes obsessions. Avec délicatesse, elle a écarté légèrement les cuisses afin que je puisse entrevoir le haut de ses jambes. J’avais la vue sur sa culotte dont je pouvais distinguer la couleur.

Mais le feu de circulation est passé au vert et j’ai du démarré pour ne pas me faire klaxonner par les voitures derrière moi. J’ai pris à toute allure la première à droite pour revenir le plus vite possible. Mon cœur battait la chamade dans ma poitrine, résonnant dans tout mon corps. J’espérais qu’elle serait toujours là. Me voilà de retour à l’arrêt de bus et j’ai eu la chance qu’elle ne soit pas encore partie!

Elle m’a regardé fixement et a ouvert largement ses cuisses pour y glisser sa main. Elle a posé son doigt sur son clitoris par dessus la culotte et m’a souri. Le bus est arrivé et le jeu s’est arrêté alors qu’il n’avait pas encore commencé. Ma bulle de savon a éclaté et je me suis retrouvé dans ma voiture le sexe déjà sorti du pantalon car je me caressais. Ma douce compagne éphémère est montée dans l’autobus mais elle a pris la peine de se retourner et de me faire un petit geste.

Je n’ai jamais revu cette belle inconnue si ouverte aux jeux coquins, ce devait être une femme de passage. Pourtant ce n’est pas faute de l’avoir recherchée, je tourne inlassablement avec ma voiture dans les rues de la ville sans jamais l’apercevoir. J’en suis devenu complètement obsédé et je veux la contempler de nouveau. Mon excitation envers elle est obsédante, même quand je baise ma femme!

Antoine, 31 ans, Marié, Ingénieur en bureau d’études

♥ TOP webcam françaises ♥