Les femmes fortes

Moi ce que je préfère, ce sont les grosses avec des bourrelets de graisse partout, celles dont les seins sont tellement gigantesques qu’elles ne trouvent pas de soutien-gorge à leur taille. Je ne comprends vraiment pas comment un homme peut faire l’amour à une femme qui est un tas d’os! On doit se cogner, peut-être même se blesser. Vous n’avez aucune prise sur la femelle, ni sur ses nichons. Moi je les choisis bien rondes, avec des culottes de cheval débordantes. J’adore leur gros ventre dilaté par la cellulite, j’aime placer ma bite entre leurs fesses. Leurs lèvres, grandes ou petites, sont noyées dans la graisse de leur ventre. Quand vous les pénétrez, elles vous englobent et vous avalent les couilles en même temps. La sensation que vous en retirez est extraordinaire, car à chaque poussée de reins, vous avez droit à un vrai massage des boules.

De plus, ces femmes sont trois fois plus perverses que les squelettiques! Elles frétillent de tout leur corps pour vous prouver qu’elles savent bouger et que leur libido est poussée à son paroxysme. Quant à leurs seins, c’est autre chose. Vous avez du mal à en tenir un seul à pleines mains, je dirais même que vos deux mains ne peuvent suffire à les empoigner. Commencez à lécher puis mordiller les nichons de votre partenaire de plus en plus fort, déjà votre grosse ne peut plus se contenir!

D’un seul coup, vous lui aspirez un téton puis vous vous placez à califourchon sur son poitrail afin de glisser votre dard en plein milieu de ses grosses collines pour une bonne branlette espagnole! C’est le moment où je lui décharge la purée en plein sur son double menton. Après, je me penche sur ma grosse pour laper le sperme qui est en plein milieu de sa gorge. Une fois que ma bouche est remplie de ma semence, je lui délivre un long baiser profond et soutenu, prenant bien soin de relâcher le précieux liquide au fond de sa bouche. Je ressens alors les contractions de sa gorge qui avale l’ensemble de ce délicieux sirop, cela me remet automatiquement en forme pour une deuxième manche!

Ce coup-ci, c’est elle qui vient se mettre à cheval sur moi. Ses cuisses gigantesques m’empêchent de bouger. De toute façon, je ne souhaite même pas remuer! Son gros ventre retombe en plusieurs bosses pleines de charme sur mon corps. Le dernier bourrelet est en plein contact avec mon ventre m’empêchant totalement de voir mon sexe aller et venir au fond de son trou. Je ne sais même pas si je suis dans son vagin ou son anus. À chaque levée de son arrière train, ses gros seins se baladent de droite à gauche et de haut en bas. Ses tétons, eux, me regardent en me défiant à chaque déplacement. L’ensemble de cette masse sur mes hanches m’offre un sentiment bizarre où se mélange l’extase et la soumission.

Il faut préciser que cette partenaire est certainement la plus énorme de toutes celles avec lesquelles j’ai pu coucher. Elle doit bien peser dans les 150 kilos. Jamais je n’aurais pensé baiser pareille vache, mais comme l’occasion fait le larron, j’en profite un maximum et je la tringle comme un fou! Je sens son vagin se dilater, quelle salope!

De toute manière, les grosses femmes sont toutes des chiennes quand elles sont en rut. Messieurs et autres compagnons de baise, ne laissez pas les femmes fortes seules! Elles ont le droit elles aussi à une bonne partie de jambes en l’air! Si vous vous donnez à leur cause, elles vous le rendront au centuple. Soyez prêts mes gaillards pour l’attaque sur les bourrelets disgracieux de ces dames.

Paul, 35 ans, Célibataire, Développeur

♥ TOP webcam françaises ♥