Niquer une bourgeoise

Je suis attiré par les femmes riches et ce qu’elles représentent. Je pense que ces femmes ont un certain standing que l’on ne retrouve pas chez d’autres créatures féminines. Je me prends à imaginer qu’une de ces bourgeoises bcbg souhaite me faire l’amour.

Je suis en train de livrer une pizza en mobylette. Brusquement, l’ouverture d’une portière de voiture entraîne ma chute. La conductrice du véhicule me regarde d’un air inquiet et stupéfait à la fois. C’est une très belle femme. Ne sachant plus comment s’excuser, elle m’invite chez elle pour se faire pardonner et vérifier que tout va bien. J’accepte son invitation pour le soir même. Elle me note son adresse sur une feuille puis me la tend en me disant «Je compte sur votre présence».

Le soir venu, je me rends à l’adresse indiquée sur le morceau de papier. A mon arrivée, je suis très impressionné par la grandeur de la demeure. Je sonne donc à la grille. Un colosse vient me demander les raisons de ma présence. Je lui explique la scène. D’un geste de la tête, il acquiesce mon histoire et m’accompagne jusqu’à l’entrée de la maison.

Parvenu sur le perron, un autre domestique me fait signe d’entrer et me demande mon pardessus en m’annonçant que « Madame m’attend dans le petit salon rose ». D’un geste, il m’indique la direction. Je m’exécute et me dirige vers la porte du petit salon. Je frappe deux fois, une voix féminine me dit d’entrer.

J’ouvre la porte et je la referme derrière moi. Quelle belle surprise de voir cette femme splendide assise sur un fauteuil « Emmanuelle » comme dans le fameux film érotique. Elle est calme et sereine, seulement vêtue d’une robe de chambre en soie qui dégage une partie de ses cuisses. Aux pieds, elle porte une paire de chaussures à lanières dorées dotés de talon d’au moins quinze centimètres de haut. L’ensemble est maintenu à la cheville par des lanières de cuir.

Mon regard remonte le long de ses mollets puis de ses cuisses qu’elle écarte langoureusement. Elle ne porte pas de culotte. J’aperçois une petite étole de renard bleu posée sur son déshabillé. Ses cheveux sont d’un blond cendré très intense, coupés en carré mi-long, tombant ainsi jusqu’à la base de son cou. Ses yeux sont d’un vert soutenu, superbement maquillés, comme seule une femme de la haute société sait le faire. Sa bouche est colorée d’un rouge vermillon donnant un aspect très charnu à ses lèvres.

Elle me demande d’approcher pour recevoir ma récompense. Je m’avance donc et l’une de ses mains glisse jusqu’à sa motte. Ses ongles sont vernis d’un rouge brillant. Délicatement, avec ses doigts, elle écarte les lèvres de son sexe en prenant soin d’écarter ses cuisses au maximum. Dans cette position, je ne peux rien perdre de la scène qui se déroule devant moi. Elle introduit deux de ses doigts dans sa vulve et commence à se masturber.

Je suis en train de vivre un moment inoubliable. Elle se branle sous mes yeux rien que pour moi! Elle ordonne : « Mets-toi à poil ». Je m’exécute immédiatement et je me retrouve nu la queue en l’air et le gland bien décalotté, aussi rouge que son vernis à ongles. Elle descend de son siège, laisse glisser son déshabillé à terre. En tombant, il entraîne son soutien gorge, faisant apparaître ses seins d’une beauté subtile. Ils sont ronds comme des pommes avec de petits tétons apparemment très durs.

Mes yeux vont et viennent de sa motte poilue à ses gros nichons. Elle m’aguiche, elle me provoque et je n’en peux plus. Je suis tellement excité que sans même m’être branlé, je jouis. Même après avoir éjaculé, ma queue reste toujours aussi raide et droite. Madame se met à quatre pattes et me demande de la baiser dans cette position! Je me glisse derrière elle et sans hésiter une seule seconde, je lui plante ma bite dans la moule.

Je lui saisis les mamelons, les pince aussi fort que je peux. Elle gémit et elle bouge son cul au rythme de mes coups de reins. Jamais je n’avais vu cela, mes couilles tapent de plus en plus fort contre ses lèvres. Elle mouille tellement qu’à chaque poussée de bite, j’ai l’impression que je vais entrer tout entier dans son vagin.

Je sors ma queue et lui plante directement dans le cul. J’ai l’impression que c’est ce qu’elle attendait depuis longtemps. Je viens tout juste de la pénétrer et elle se met à jouir immédiatement inondant mes parties génitales de sa mouille. Quant à moi, je crache en même temps qu’elle la purée.

J’ai à peine fini mon extase qu’elle se retourne et me suce la queue afin que je jouisse encore une fois, mais ce coup-ci dans sa bouche. L’excitation redescendue, nous nous sommes habillés pour prendre le café et parler pendant quelques heures. En fin de journée, elle me fait reconduire à la porte de chez elle en envisageant, peut-être, de me revoir…

Ahmed, 25 ans, Célibataire, Livreur de pizza

♥ TOP webcam françaises ♥