Sexe au travail

Dans mon travail, tous les jours, je m’assois devant mon ordinateur pour faire un travail de bureau. Oui, je fais partie de ces rares hommes à être le secrétaire d’une femme d’affaires. Je tape ses ses lettres, je lui prépare son café. Quelque part, je suis un peu sa bonne à tout faire. D’ailleurs, ma patronne ne dialogue pratiquement jamais avec moi, elle est toujours ronchonne quand elle m’adresse la parole. Je suis certain qu’elle ne remarque pas que son jeune secrétaire la dévore des yeux…

Elle ne voit pas le béguin que j’ai pour elle. Pour moi, elle est le fantasme ultime, la femme parfaite. Une fois rentré chez moi après avoir passé la journée avec elle, je me caresse la bite en pensant à ma sévère patronne. Si seulement je pouvais lui faire part de mes désirs!

Mais je suis bien trop timide pour cela, je n’ai aucune audace et je préfère me branler avec mes fantasmes. Tout en me masturbant, je m’imagine en train de me déshabiller devant elle. Elle s’agenouille devant moi pour honorer ma bite de sa langue alors que mes doigts vont et viennent dans sa douce chevelure douce. J’imagine ses lèvres juteuses s’ouvrir et son clitoris se durcir ; il est si ferme qu’il en devient douloureux alors, d’une main douce et sensuelle à la fois, je le prend entre mes doigts pour le pincer doucement.

Pendant ce temps, la langue de ma patronne se balade le long de ma hampe pour titiller l’ouverture de mon gland. Je peux même ressentir son souffle chaud sur mes couilles. Je sens qu’elle approche de l’orgasme. D’un seul coup, elle se relève en criant : « Lèche-moi! Fais-moi jouir! Viens décharger dans mes orifices! Prends celui qui te conviendra le mieux! Je suis ta putain! ». Elle frémit de partout telle une chienne en chaleur qui cherche le mâle pour une saillie imminente.

Elle tend son cul à qui veut bien le défoncer ; la cyprine coule le long de ses cuisses et sa chatte est toute satinée de mouille. Elle gémit déjà comme si elle ne pouvait plus se contrôler. Je vais lui montrer que mon travail mérite le respect! Je m’agenouille derrière elle pour lui enfourner ma bite dans l’anus…

Je m’enfonce aussi facilement dans cet endroit que je m’enfoncerai dans une motte de beurre. Je lui assène de grands coups de butoir ; mes coups de reins sont si violents que ses seins et sa tête vibrent considérablement à chaque poussée de mes hanches. Ma queue est complètement enfoncée dans son cul jusqu’à la garde. Je décide de me coucher sur son dos de manière à lui pincer et étirer les tétons. Une gouttelette de son sang perle sur mes doigts… Croyez-vous qu’elle refuse ce traitement de choc? Au contraire, elle apprécie énormément et ses gémissements en sont la preuve.

Je ressors de son orifice culier et je prépare une de mes mains pour lui pratiquer un fistfucking. Doucement, j’introduis quatre doigts. Déjà elle vacille, je force un peu et j’en suis maintenant à une demie main introduite. D’un coup sec, je lui enfonce toute ma main jusqu’au poignéet. Elle laisse échapper un cri violent, elle a vraiment mal et elle me demande d’enlever ma main. Moi, je ne la lâche pas et je la ramone de l’intérieur en gigotant mes doigts dans son rectum.

Je suis tellement excité que je saisis ma bite de l’autre main et la dirige tout droit dans sa motte. Quelle belle salope! Ce coup-ci, elle m’appartient : fini les ordres, je suis son maître à ce moment précis. Elle me supplie d’arrêter car la douleur est trop intense. Inconsciemment, je décide de lui obéir en retirant ma main d’un coup sec, cela a pour effet de lui arracher un hurlement que l’on ne saurait situer entre la douleur et l’extase sexuelle.

Ensuite, je dépose mes deux mains de chaque côté de ses hanches et je la ramone aussi bien que je le peux. Son trou du cul est tellement dilaté qu’on ne pourrait faire la différence entre sa bouche et son anus. Je change de position et je la couche sur le dos avec ses jambes sur mes épaules. Dans cette position, je peux lui délivrer de longs baisers passionnés, ma langue s’enfonce au plus profond de sa gorge… Ses seins sont durs comme du béton, ses tétons se dressent tels des volcans prêts à rentrer en éruption.

Alors qu’elle est restée passive lors de cette étreinte, je ressens soudainement son corps vibrer et onduler. Elle saisit à son tour les pointes de mes seins et les pétrit dans tous les sens. D’un coup de reins magistral, elle en attrape un dans sa bouche puis le lèche goulûment. Pendant ce laps de temps, elle s’agrippe à mes couilles puis les caresse. Ce traitement a pour conséquence de faire monter la sauce, ma queue ressent déjà les prémices de l’orgasme. Ma patronne se dégage et prend mon sexe dans sa bouche. Ainsi, elle peut aspirer chaque giclée de sperme que je lui envoie au fond de la gorge…

Après quelques instants de repos, elle se rhabille et repart chez elle sans piper mot. Bien sûr, tout ceci n’est qu’un rêve masturbatoire mais en attendant de lui brouter la chatte, je continuerai à lui faire les yeux doux et à admirer ses jolies cuisses.

Miguel, 28 ans, Célibataire

♥ TOP webcam françaises ♥