Sodomie homo et hétéro

Comment vous exprimer ce que je ressens lorsque je pratique la sodomie avec une femme ou même un homme? Comment le dire? C’est bien plus qu’une simple sensation, c’est de l’extase à l’état pur!

Ma plus grande angoisse lorsque je drague une demoiselle, c’est de réussir à connaître rapidement si c’est une adepte de la sodomie ou si elle refuse cette pratique. Dans ce dernier cas, une réponse négative est rédhibitoire pour moi.

Ce qui est génial, c’est sodomiser en se passant de lubrifiant, sans la moindre préparation. Je suis un fan de la sodomie forcée. Je regarde beaucoup de pornographie avec de telles scènes qu’elles soient hétéros ou même homos. J’aime d’ailleurs regarder les gays s’enculer, cela m’excite énormément de les voir s’occire le trou du cul, se défoncer la boîte à caca comme des malades pour finalement éjaculer copieusement sur l’anus ou sur les fesses de leurs partenaires.

De ce fait, sous une excitation tenace, je me suis décidé une fois à essayer les rapports homosexuels. Je traînais donc le soir dans certains lieux de drague bien connus des pédales à la recherche d’un coup rapide (toilettes publiques, buissons, etc).

Un soir, alors que j’étais en train de me masturber dans des chiottes publiques, deux hommes viennent me rejoindre pour se placer de chaque côté de moi. Je n’ai plus trop de doutes sur leurs intentions car ils sortent très vite leurs bites pour me l’exhiber sous le nez. Lentement, ils se mettent à se masturber en prenant soin de bien découvrir leur gland d’un rouge vermillon.

Soudain, un des deux invertis me saisit la queue que j’avais pris soin de ranger rapidement dans mon froc à leur arrivée. Il la sort promptement et commence une fellation profonde des plus savoureuses à genoux. Pendant ce temps, l’autre gay descend le restant de mon pantalon pour le faire tomber à mes pieds. Dégageant légèrement mon slip, il commence à me titiller l’anus.

Tout d’abord avec un doigt, puis voyant que j’accepte ses caresses intimes sans rechigner, il y glisse trois doigts dans une sodomie digitale orgasmique. Ma fente commence à se dilater comme jamais je ne pensais pouvoir le faire. Il m’écarte le trou du cul juste assez pour y planter son dard vibrant.

J’éprouve d’abord des douleurs, quelques cris s’échappent de ma bouche : « Aïe ça fait mal, ça me brûle, je sens mon trou du cul s’écarter de plus en plus! ». Très vite, je suis en extase devant ce massage de mon anus et de mes entrailles par cette bite d’inconnu.

Ma réaction ne se fait pas attendre. J’éjacule copieusement une première fois dans la bouche de mon premier partenaire, il avale l’ensemble de ma semence sans discuter, j’entends ses déglutitions de sperme au fond de sa gorge.

Les rôles sont inversés, il me retourne pour me prendre le cul. C’est toujours moi qu’on encule dans cette histoire! L’autre saisit ma bite dans sa bouche et la malaxe avec sa langue. Quel pied! Au bout d’une demi-heure de ce jeu lubrique, mes compères et moi-même nous sommes bien vidés les couilles. Ils se cassent des chiottes comme si de rien.

Malgré mes jouissances répétées, je suis toujours aussi excité. Je décide d’aller chez une copine pour finir la soirée. Je l’appelle sur son téléphone, par chance, elle est libre et seule et décide de m’inviter pour le dîner. Après un repas copieux, on se dirige vers le salon, je saute sur l’occasion et je passe à l’attaque!

Les discussions du repas l’ont déjà bien émoustillée et qu’elle s’en trouve déjà toute excitée. Sans rien dire, elle arrache ses vêtements puis les miens avant de commencer à me faire une pipe. Elle découvre rapidement mes couilles recouvertes de sperme séché mais, sans poser de question, elle entame avec sa langue un nettoyage de ma queue et de mes testicules.

Elle remonte même avec sa langue jusqu’à mon anus qui dégouline aussi de semence. C’est vrai que j’avais pris dans la raie un impressionnant flot de foutre. Sans remarques désobligeantes, elle me lèche le trou du cul jusqu’à faire disparaître tout le sperme.

Par rapport à mes précédentes expériences homosexuelles, je présente ma queue à l’entrée de son vagin et je la pénètre avec des va-et-vient sauvages. Elle hurle de plaisir, je prends bien soin également de lui claquer le fond de l’utérus. Elle danse sur ma queue.

Sans la prévenir, je ressors mon dard de sa chatte et lui plante au fond de son cul. Je l’enfonce loin dans son intestin, elle hurle de douleur mais cela m’excite alors ma pénétration est encore plus sauvage. Elle serre les fesses pour me désarçonner, mais je reste bien en selle et je reprends de plus en plus fort mes assauts.

Voilà que je ressens les prémices de la jouissance monter le long de ma bite. N’écoutant que mon désir, j’accélère ma baise effrénée. Je lui montre la puissance du mâle que je suis, le meilleur baiseur au monde. Dans un dernier élan, je lui porte le coup de grâce en lui déchargeant ma semence au fond de son cul concluant ainsi cette sodomie extrême.

Lionel, 38 ans, Marié, Ouvrier qualifié

♥ TOP webcam françaises ♥