Voir deux hommes se sodomiser

Je fais souvent ce fantasme… Il est vrai que les hommes veulent toujours nous sodomiser, nous observer nues, voir des spectacles de lesbiennes s’entrelacer et se donner du plaisir avec la langue, etc… Et nous alors? Nous avons aussi le droit au fantasme! Moi, je préfère fantasmer sur des hommes qui s’enculent…

Voilà mes pensées : nous sommes en 1780 peu avant la Révolution française, châtelaine très riche de mon état, je dois me rendre à Paris pour une fête que donne le Roi. Malheureusement, la roue de mon carrosse est cassée et nous sommes, mes valets et moi-même, bloqués dans une auberge de campagne. Le dîner léger est avalé rapidement. Après le souper, je me dirige vers ma chambre pour y passer une nuit de repos bien méritée au vu des aléas du voyage.

En pleine nuit, je suis réveillée par des bruits étonnamment bizarres qui viennent de la chambre adjacente. Des meubles sont certainement déplacés car les voisins poussent de grands soupirs, associés à de grands râles. Bien décidée à observer ce qui se passe, je cherche dans le mur qui sépare nos deux chambres un petit trou pour regarder dans la chambre d’à côté. Au bout d’un moment, je découvre un petit orifice dans le mur en hauteur. Je prends alors un siège sur lequel monter de manière à pouvoir regarder et découvrir ce qui se trame dans cette pièce.

Là, quel spectacle je découvre! Deux hommes sont présents, le plus âgé déboutonne la culotte de son camarade et écarte sa chemise, mettant à jour une belle flèche de taille moyenne, blanche et à peine emplumée ; il commence à manier et à caresser cette jolie verge… Les avances sont reçues par le jeune homme sans opposition, juste avec un air de prudence boudeuse, qui est pour ma part, en tant qu’observatrice, plus une provocation qu’une acceptation passive… Après quelques instants, le plus vieux des personnages fait tourner sur lui-même son camarade, puis le conduit vers une chaise qui se trouve à proximité..

Devinant sans peine, tout au moins je le crois, ce qu’on attend de lui, le plus jeune des deux s’incline docilement sur le dossier est présente son cul au plus vieux. Je devine alors ces éminences charnues recouvertes par sa chemise de lin, mais le vieux gaillard le place bien en position , comme une cible juste en face de lui. Ce dernier prépare son engin et exhibe une queue énorme, qui mérite certainement, d’être employée à un meilleur usage, notamment la chatte d’une femme…

Les proportions de cet engin me font douter un moment qu’elle puisse arriver à ses fins. Je reconnais bientôt mon erreur, le plus âgé retrousse alors la chemise du plus jeune, il la fixe sous sa ceinture et découvre alors les fesses magnifiques du jeune éphèbe, ce que l’on nomme à Rome les monts plaisants. Ce n’est pas sans frémir que je le vois prendre ses dispositions pour attaquer ce beau petit trou du cul, il mouille d’abord copieusement la tête de son gland avec de la salive pour le rendre plus glissant, puis il l’enfonce droit au but et commence à se démener sauvagement.

Son plus jeune partenaire se contorsionne et se tortille, il commence à émettre des gémissements murmurés qui prouvent bien que le gros engin  est rentré dans son anus . Une fois les premières étroitesses de l’entrée de l’anus vaincues, le plus vieux des deux compères passe un bras autour de la taille du mignon et s’empare du petit joujou qui est déjà bien tendu avec sa tête rouge. Pendant que d’une main il s’amuse ainsi, de l’autre côté, il caresse les longs cheveux de son partenaire puis l’attire vers lui afin de lui délivrer un long baiser passionné.

Le dégoût que je ressentais fait place à l’excitation… D’une main, je glisse sous ma chemise quelques doigts que je dirige vers ma vulve violacée et j’y exécute quelques mouvements coquins. L’orgasme arrive rapidement… Ma mouille coule sur mes mains ainsi que sur l’intérieur de mes cuisses. Je continue à contempler le spectacle. Le plus vieux continue son enculade. Il chevauche son jeune partenaire de plus en plus fort avec violence et ardeur dans son arrière-train. Bientôt, il atteint l’extase et éjacule sur le dos de son compagnon de jeux.

Quand à moi, la jouissance ne me lâche plus, alors j’arrête de me caresser et je descends de la chaise. Chaque pas que je fais continue d’exciter mon clitoris et c’est toujours en chaleur que je monte dans mon lit pour essayer de m’endormir. Je vous assure que je fais souvent ce rêve et que j’aimerais réaliser ce fantasme…

Gabriella, 36 ans, Bibliothécaire

♥ TOP webcam françaises ♥